RHODOCYBE MUNDULA (Lasch)Sing.
= RHODOCYBE POPINALIS (Konr. & M.)Sing.

ÉCOLOGIE :

4 ou 5 exemplaires récoltés le 4 septembre 2000 dans une petite pelouse et sous un cèdre d’ornement au collège Cassin de Baume. Dans la cours centrale, pelouse la plus près des salles de cours et du bâtiment administratif.

CHAPEAU :

45-85 mm. D’abord convexe puis aplani, umbonné et même largement déprimé dans la vieillesse. Marge très diversifié, parfois simplement sinueuse, ou au contraire nettement lobée, voire plissé, fripée. Assez aiguë et lisse mais aussi faiblement cannelée par endroit voire plissotée. Revêtement sec, lisse ou finement feutré, grisâtre sale, mais nuancé d’ocracé plus ou moins présent sur les jeunes exemplaire alors que le plus ancien était nettement ocracé terne sauf à l’extrémité de la marge fuscesecente, presque noire.

LAMES :

Nettement décurrentes ; moyennement serrées et assez fines, larges → 5,5 mm. Ocracé sale, terne , sans joie et vite grisonnantes. A La fin plus grise brunâtre. Arête concolore, fine parfois déchirée.

STIPE :

Plutôt court : 35-40x6-11 mm. Evasé sous les lames et s’amenuisant vers la base. Gris ocre sale plus pâle que le chapeau, finement ridé.

CHAIR :

Ocracé grisâtre, tendant à se noircir par endroits mais faiblement. Assez tenace. Odeur nette de farine et saveur à la fois farineuse et nettement amère.

MICROSCOPIE :

Spores globuleuses à brièvement ellipsoïdes de 5-7x4,5-5 µm à surface irrégulière et à guttule.

OBSERVATION :

Rhodocybe proche de mundula que Nordeloos synonymise avec popunalis, épithète prioritaire. Le caractère dangereux de cette espèce est son extrême changement de couleur, ocre grise, elle pâlit beaucoup par le sec ou à la vieillesse, mise en chambre humide pour sporulée, elle s’assombrit nettement, présentant même des guttules sur le chapeau et des lames gris foncé.